Juin 2010 : Restauration d'un écusson en métal

Il s'agissait d'un vieil écusson en métal très abimé par le temps et les intempéries, qui ornait un ancien corps de ferme à Stotzheim, lieu dit de la Commanderie Saint Nicolas.

Dimensions : 35 cm de hauteur, 26 cm de largeur.

Avant restauration



Comme le montre ce gros plan (obtenu par scan), l'état de dégradation était conséquent, avec de la rouille en quantité, infiltrée quasiment partout, et la peinture en elle-même écaillée, abimée, et décolorée.
Il s'agit à priori d'un "Saint georges et le Dragon", d'âge indéterminé, mais probablement contemporain. Des retouches avaient été faites avec une "peinture" épaisse faisant penser à du blanco...

Etant donné l'état, décision fut prise de décaper complètement la plaque, et de refaire entièrement le tout, avec sous-couche et peinture adaptées au fer et aux intempéries.
Pour les couleurs, on décida de teintes faiences pour coller au plus près de l'aspect traditionnel : bleu roi et blanc éclatant.

En cours de travail

Avant de décaper irrémadiablement la peinture et son personnage, je l'ai sauvegardé par deux techniques :
j'ai scanné numériquement l'écusson (voir l'image précédente), et à la main j'ai également décalqué les traits du dessin.

La première technique avait l'avantage de sauvegarder tous les détails, y compris les couleurs, mais avec un soucis : les perspectives sont faussées, car l'écusson est convexe, et le scanner droit...
D'où le complément du décalquage, qui permet de garder les proportions d'origine intactes et de poser un "patron" précis.

Ecusson décapé et son fer remis à nu : plusieurs jours de décapage à la main, et traitement anti-rouille.


Après la sous-couche blanche et la 1ère couche de peinture blanche.


J'ai appliqué 3 couches fines de blanc en tout sur la sous-couche, avant d'entamer la peinture du dessin.

Après restauration

Même avec le scan et le patron obtenu par décalquage, certaines zones du dessin d'origine restaient obscures.
J'ai donc fait des recherches sur les diverses représentations de "Saint Georges et le dragon" pour mieux comprendre les traits, et pouvoir les redéfinir et les recréer.

J'ai fait plusieurs essais sur papier avant d'entamer la peinture, et là, tout en tâchant de respecter la représentation d'origine,
je me suis résolue à prendre quelques libertés avec le patron, notamment en ce qui concerne le dragon, et d'autres détails.

Par exemple, sur le dessin initial, le heaume était assez "flou" et avec la peinture abimée et manquante, ressemblait plus à une sorte de foulard noué. Ce qui avait son charme.
Mais j'ai finalement décidé de le redéfinir en heaume plus précis, afin de coller davantage à la représentation mythique du personnage.


Et voilà la version finale, juste avant qu'elle ne prenne la route pour retourner chez ses propriétaires.


Article du blog Dendrah sur le sujet - Juillet 2010


   

   


Accueil   Mes Dessins   Infographie  Photographies


Contact